Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 19:35

Plus fier que moi, tu meurs. J’ai appris que nous aussi, Belges, avions des Navy Seals capables d’aller assassiner quelqu’un dans un pays tiers qui n’est même pas au courant. Nos Navy Seals s’appellent Special Forces Group (SFG). Ils n’ont apparemment encore tué personne dans un pays extérieur ni même en Belgique, mais ils savent encore communiquer en morse (en morse! Seal veut dire phoque). et utilisent des bergers malinois munis de dents coiffées de titane  pour mieux manger l’ennemi. Nos SFG ne sont pas très nombreux, une soixantaine, et un candidat sur cent seulement est retenu par l’armée, ce qui est bon signe, il n’y aurait pas beaucoup d’aspirants tueurs fêlés en Belgique. Leur principale mission serait « officiellement » d’aller voir chez l’ennemi sans être vu ou de libérer des otages. Tuer ne serait que secondaire. S’ils avaient existé du temps de Lumumba, l’assassinat de celui-ci aurait été sans doute moins monstrueux et plus cliniquement « propre ». Et celui de Julien Lahaut aussi. FNP90.jpgComme les Navy Seals, ils sont armés de ce que la Belgique fait de  mieux : pistolets Five Seven, Minimi 5.56 et 7.72 de la FN et le fabuleux petit bijou à tuer des Ben Laden, le FN P90 fabriqué à Herstal. Leur devise est « Far Ahead » (loin devant). Loin devant quoi ? Loin devant la démocratie qui voudrait qu’un corps d’armée n’ait ni mission secrète, ni pour objectif de régler un conflit par le meurtre ?

 

Gérard DE SELYS

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 21:09

  Elle se promène sur mon bloc de papier blanc ligné bleu. Elle déambule entre deux lignes, traçant son chemin en arabesques régulières et penchées comme le faisait jadis la  plume d’un écolier. Huit pattes, cela veut dire huit aisselles à parfumer chaque matin avant de sortir, huit bottines à délacer chaque soir avant de se coucher, fatiguée, sur le matelas de crin du lit qui couine à chaque mouvement. Elle trace de délicates ascendantes, de jolies rondeurs, des empattements étonnants, des fûts grassouillets, des oreilles délicates, des ornements tarabiscotés, de longues traverses côtoyant de grosses branches,  puis plonge en déliés, remonte en cursive et recommence jusqu’au bout de la ligne où ma plume n’ose plus s’aventurer. Elle m’hypnotise et me fait perdre le fil de mes idées. J’ai un  travail à terminer d’urgence mais j’en ai oublié la raison. Kate va et vient, et ravaude à sa manière les fils dénoués de mon cerveau dont je n’entends plus les crissements. Son pays est ma page et ma page est devenue un désert chauffé à blanc. Elle pèse sans doute un millième de gramme et son poids me paralyse. Je gis, là, écrasé, immobile, muet, atone, amorphe, aphasique, analphabète… arachnide. Elle est appelée à régner. Et je suis régicide.

 

Gérard DE SELYSaraignee.jpg

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 23:19

« We got him » (nous l’avons eu). C’est ce qu’aurait dit le président américain Obama quand il a appris l’exécution de Ben Laden par les hommes de son armée. Le nom de code de Ben Laden était "Geronimo". Du nom de ce chef indien apache pourchassé pendant des dizaines d’années par l’armée américaine au 19e siècle. Les Apaches ont été génocidés et leurs terres accaparées par le gouvernement américain d’alors. Geronimo était un résistant. Comment le président des Etats-Unis a-t-il pu admettre que l’on affuble Ben Laden du nom d’un résistant héroïque ? Deux explications :

1 - Obama ignore l’histoire de son pays;

2 - Obama poursuit la politique de conquête agressive de son pays.

 

Gérard DE SELYSGeronimo_IV.png

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 10:19

… be stupids primitives beasts.

 

Comment croire que de la bouillie de cervelle, des viscères éclatées et des éclaboussures de sang vont arranger les affaires du monde ?  Les machines à tuer que sont les assassins d’Etat Navy Seals ont déjà eu, entre beaucoup d’autres, la peau de Guevara et d’Allende. Ils ont eu maintenant la peau de Ben Laden, l’indocile créature dévoyée de l’empire américain.

 danserituelle3.jpg

Comment les rites primitifs de la vengeance et de l’immolation peuvent-ils servir de Raison à la nation qui se présente comme la plus avancée du monde ? Le Grand Chef de la Maison Blanche exécute une dérisoire danse de la victoire autour de la dépouille de son ennemi au son des tam-tam enragés des médias.

 

Quarante mille enfants meurent chaque jour dans le silence par manque de soin, d’hygiène, d’eau potable et de nourriture. Soit quatorze millions six cent mille par an. On vient de tuer un seul homme et cela changerait la face du monde.

Quelque chose ne tourne pas rond, quelque part. Et le pire est à craindre.

 

Gérard DE SELYS

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 14:08

Alors que ce 1er mai 2011 verra la béatification, en présence du premier ministre de Belgique, Yves Leterme, du pape Jean-Paul II, grand ami des dictateurs chilien Pinochet et argentin Videla et massacreur de la Théologie de la Libération, alors qu’ il n’est pas inutile de rappeler qu’aujourd’hui les nouvelles réglementations européennes (et donc nationales) autorisent l’ « annuité du temps de travail » (travailler 35 semaines de 57 heures et être jeté au chômage le reste de l’année, ce qui «correspond » aux 40 heures par semaine réparties sur toute l’année) , autorisent le travail de nuit des femmes en industrie (interdit depuis le début du 20e siècle), le travail des enfants à partir de 14 ans, et des entreprises florissantes à ne verser aucun ou  pratiquement aucun impôt (Electrabel paie 0,04 % d’impôts sur 1,5 milliard de bénéfice en Belgique), il est par contre utile de rappeler ce qu’est le 1er mai dans les luttes ouvrières et leurs victoires.

 etoilerouge2.jpg

Le premier mai a été choisi, aux Etats-Unis, comme jour de revendication nationale pour la journée de travail de huit heures parce que c’était le commencement de l’année de travail pour le louage des services. La revendication de la « journée des huit heures » fut formulée la première fois dans ce pays en 1868. C’est en 1886 que cette revendication s’internationalisa, après les massacres de Chicago au cours desquels plusieurs dizaines de manifestants ouvriers réclamant la journée des huit heures furent fusillés par la police. Le 1er mai de 1886 fut marqué aux Etats-Unis par plus de 5.000 grèves dont le mot d’ordre était : A partir d’aujourd’hui, nul ouvrier ne doit travailler plus de huit heures par jour ! Huit heures de travail ! Huit heures de repos ! Huit heures d’éducation ! De nombreuses réunions ouvrières se tinrent dans les années suivantes, aux Etats-Unis et en Europe, pour soutenir la revendication des huit heures et c’est au congrès dit de la salle Pétrelle, à Paris, en juillet 1889, que plusieurs centaines de délégués venus du monde entier décidèrent d’organiser « une grande manifestation internationale à date fixe, le 1er mai, date déjà retenue par l’American Federation of Labor. »

 

C’est le roi d’Espagne et de Pays-Bas, Philippe II qui, le premier, instaura la journée des huit heures dans les mines de Bourgogne en 1579 après de sévères « émotions » et soulèvements ouvriers. Le duc de Lorraine l’imita en 1721 pour la même raison. Alors que Benjamin Franklin estimait à la fin du 18e siècle que « quatre heures de travail suffirait amplement à satisfaire les besoins de chacun », l’industriel socialiste anglais Robert Owen publiait en 1817 son « Catéchisme à l’usage des travailleurs » dans lequel il affirmait que « huit heures de travail et une bonne organisation du travail peuvent créer une surabondance de richesses pour tous. »

 

Dès 1890, le premier mai fut effectivement une journée de revendication internationale en faveur de la journée de huit heures de travail. Pendant des années, les manifestations du 1er mai furent régulièrement réprimées et donnèrent lieu parfois à de véritables bains de sang (Fourmies, France,1891, Lodz, Russie, 1892) ou à des assassinats « ciblés » de centaines de meneurs syndicaux (Etats-Unis 1886-1930).

 

La journée de huit heures fut généralement acquise en Amérique du nord et en Europe après la deuxième guerre mondiale par crainte d’une « contagion » communiste propagée par la résistance et l’importance déterminante de l’Union soviétique dans l’écrasement de l’Allemagne nazie.

 

Le 1er mai, aujourd’hui, est un jour férié.

 

Bon dimanche.

 

Gérard DE SELYS

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
29 avril 2011 5 29 /04 /avril /2011 13:04

Le quotidien britannique Morning Star avait annoncé la mort du roi du Royaume uni, d’Irlande et empereur des Indes Georges VI, en 1952, par un article format timbre poste en bas de sa dernière page. Ce 29 avril 2011, les images du mariage d’un de ses descendants, bipède muni d’une cervelle, de pieds, de mains, de mucus pulmonaire, de poils, d’intestins, de cérumen et d’organes génitaux comme tout le monde, sont imposées à un tiers de l’humanité. Le futile, le dérisoire, l’insipide, le rêve crevé, le stupide, l’indécence et la monstruosité seront élevés au rang d’événement mondial par des médias décérébrés aux bottes et au service d’une idéologie qui œuvre à faire crever l’espèce humaine. Simultanément, une petite Japonaise découvrira les corps décomposés de ses parents et il n’y aura personne pour la voir. Tant mieux. Quel est le contraire de rien ? Tout ou rien ? Ou rien du tout ?

 

Gérard De Selys

 unionjackteapot.jpg

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 21:07

Le quotidien britannique Morning Star avait annoncé la mort du roi du Royaume uni, d’Irlande et empereur des Indes Georges VI, en 1952, par un article format timbre poste en bas de sa dernière page. Ce 29 avril 2011, les images du mariage d’un de ses descendants, bipède muni d’une cervelle, de pieds, de mains, de mucus pulmonaire, de poils, d’intestins, de cérumen et d’organes génitaux comme tout le monde, sont imposées à un tiers de l’humanité. Le futile, le dérisoire, l’insipide, le rêve crevé, le stupide, l’indécence et la monstruosité seront élevés au rang d’événement mondial par des médias décérébrés aux bottes et au service d’une idéologie qui œuvre à faire crever l’espèce humaine. Simultanément, une petite Japonaise découvrira les corps décomposés de ses parents et il n’y aura personne pour la voir. Tant mieux. Quel est le contraire de rien ? Tout ou rien ?

 

Gérard De SelysPortrait de J.I. Guillotin-copie-1

 

PS : Je dédie ces quelques mots au révolutionnaire et défenseur des droits de l’homme Joseph Ignace Guillotin.

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 21:04

Le quotidien britannique Morning Star avait annoncé la mort du roi du Royaume uni, d’Irlande et empereur des Indes Georges VI, en 1952, par un article format timbre poste en bas de sa dernière page. Ce 29 avril 2011, les images du mariage d’un de ses descendants, bipède muni d’une cervelle, de pieds, de mains, de mucus pulmonaire, de poils, d’intestins, de cérumen et d’organes génitaux comme tout le monde, sont imposées à un tiers de l’humanité. Le futile, le dérisoire, l’insipide, le rêve crevé, le stupide, l’indécence et la monstruosité seront élevés au rang d’événement mondial par des médias décérébrés aux bottes et au service d’une idéologie qui œuvre à faire crever l’espèce humaine. Simultanément, une petite Japonaise découvrira les corps décomposés de ses parents et il n’y aura personne pour la voir. Tant mieux. Quel est le contraire de rien ? Tout ou rien ?

 

Gérard De Selys

 

PS : Je dédie ces quelques mots au révolutionnaire et défenseur des droits de l’homme Joseph Ignace Guillotin.

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 20:26

A côté de chez moi, juste à côté, à deux cents mètres, une avenue est entièrement barrée pour loger les équipements, véhicules, bars (beaucoup de bars) des concurrents du 28e rallye automobile de Wallonie. Pendant quarante-huit heures, des fous furieux vont sillonner les rues de Namur et les chemins de campagnes environnants au bruit tonitruant de leurs pots d’échappement « libérés ».

 

Attention, attention : je suis un fanatique de mécanique. J’ai commencé par des serrures, l’armoire à confiture de ma grand-mère était derrière ma première serrure, continué avec des horloges, les horloges de ma grand-mère tombaient souvent en panne, et poursuivi avec les moteurs à combustion interne, on dit « à explosion », ma grand-mère ayant jeté sa vieille Opel dans la rivière. Le réglage de soupapes et l’alésage de cylindres n’ont plus trop de secrets pour moi. Donc, la  mécanique est une merveille. Pour moi. Et l’automobile, une horreur. Une horreur absolue. Elle tue un million trois cents mille personnes chaque année dans le monde et en blesse cinquante deux millions. Le coût de ces désastres est largement supérieur au chiffre d’affaires du secteur automobile, un comble ! Elle est responsable d’un quart de la pollution au dioxyde de carbone (CO2) qui étouffe la Terre. Chaque être humain rejette un peu plus de quatre tonnes de CO2 annuellement mais on peut estimer que chaque automobiliste en rejette le double ou le triple ou plus à lui seul. L’atmosphère que nous respirons est, autour du globe, épaisse comme un film fraîcheur autour d’une pastèque. Elle devient irrespirable, invivable et crevable.

 

LPotéchappemt1-copie-1’automobile individualise ses usagers à outrance, seul(e)s dans leur œuf d’acier. Elle est le héraut, l’emblème et un des principaux moteurs de la société de consommation dans laquelle on veut nous encarcaner. C’est un instrument de mort et de décérébration. Avant de l’abolir elle, au moins, abolissons les courses et rallyes.

 

Gérard DE SELYS

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 15:21

C’est un département secret, enfoui au cœur d’un bâtiment de la Commission européenne. Nul ne peut y entrer avant huit heures du matin et s’y trouver aprècameradesurveillances huit heures du soir, même son directeur qui doit, comme tous ses subordonnés, scanner sa pupille et une empreinte digitale pour y avoir accès. C’est la cellule Schengen, le centre de commandement de la forteresse Europe. Cette cellule vient de décider d’affréter un Airbus pour renvoyer chez eux soixante Congolais indésirables (ou « Inads » comme inadmissibles selon le langage policier) en Europe. Si cette cellule est mieux gardée que le bureau du président de la Commission européenne lui-même, blindée comme un quartier général militaire, c’est que l’Europe est en guerre. En guerre totale contre un envahisseur d’autant plus dangereux qu’il est désarmé et, en général, démuni. Il n’y a pas si longtemps, certains en déportaient d’autres dans des wagons à bestiaux. Maintenant c’est dans des avions à bestiaux.

 

Il n’y a pas si longtemps, en 1959, le gouvernement américain envoyait des « conseillers militaires » à son ami le dictateur vietnamien Diem pour l’aider à faire face à des « rebelles » qui contestaient son pouvoir. Aujourd’hui, les gouvernements britannique, français et italien soutenus pas celui de Washington envoient des « instructeurs militaires » en Libye. La guerre américaine au Vietnam a pris fin seize ans plus tard après avoir tué six millions de Vietnamiens et soixante mille soldats américains (si l’on ne tient pas compte des cent mille « vétérans » qui se sont suicidés une fois revenus chez eux).

 

Il n’y a pas si longtemps, en 1984, rien n’échappait à Big Brother. Aujourd’hui, on installe des caméras « intelligentes » capables de distinguer la « mauvaise conduite » d’un promeneur dans les rues de nos villes. Comme tout ce dont je viens de vous parler m’a rendu un peu nerveux, je suis sorti me promener. Si vous le voulez, vous pouvez venir m’apporter des oranges, je suis à la prison de Namur.

 

Gérard DE SELYS

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article