Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 22:02

Des ouvriers travaillent inlassablement sous le soleil à charrier du sable de l’autre côté du fleuve sur lequel passent inlassablement des péniches françaises, belges et hollandaises, leur pavillon faisant foi, chargées de sable. Dans le jardin, des muguets insomniaques s’éveillent trop tôt pour le premier mai. Duferco va fermer son haut fourneau dans la région la plus pauvre de Belgique où habite aussi l’escroc le plus riche de Belgique et, dans cette région, la nuit dernière, des homoncules ont profané, sali, souillé, meurtri le site d’une future mosquée à laquelle on interdira l’adjonction d’un minaret pouvant nuire à l’urbanisme et aux habitants de foi chrétienne et, pour montrer une certaine ouverture d’esprit, on coupera tous les clochers d’église dans un rayon de cinq kilomètres, c’est-à-dire vingt trois clochers porteurs de cloches divines de chez nous. et on les enverra  sous forme de missiles sur la gueule à Kadhafi. La guerre humanitaire s’enlise dans les sables libyens et, pour l’allonger encore, on va y envoyer ouvertement, maintenant, des troupes au sol devenu soudainement espace aérien. Sans doute des chômeurs de Duferco commandés par des homoncules casqués bien de chez nous. (A l’époque de la fermeture des Forges de Clabecq, rachetées après faillite par Duferco, un futur ministre de la guerre belge avait affirmé que ce n’était pas grave pour les travailleurs puisqu’il pouvaient être reconvertis en matons dans la prison qui s’érigeait sur sa commune, la même que celle des Forges.) Sur ma terrasse, il y a vingt-sept degrés centigrades aujourd’hui, dans ma tête moins trente-trois. Et tout ça n’a rien à voir. Que des riens à voir. Un chien aboie quelque part.

 

Clabecq1-copie-1.jpgGérard DE SELYS

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires

Feuilly 21/04/2011 08:06


Il faut savoir que le futur ministre de la guerre a tout fait pour que ladite prison soit construite sur un des terrains appartenant à Duferco. Il y avait d’autres emplacements possibles dans la
région, mais non : il fallait un symbole fort : redonner de l’emploi aux pauvres travailleurs licenciés (et préparer un futur emploi de ministre de la guerre en s’attirant la sympathie des
électeurs). Pour se faire, le futur élu a donc fait acheter par l’état un terrain marécageux dont même les forges de Clabec n’avaient su que faire. Des techniciens ont fait remarquer que ce n’était
pas là l’endroit idéal pour construire. L’argumenta été balayé d’un geste de la main par le futur ministre, forcément compétent en matière de bâtiment. Certains ont également fait remarquer la
présence d’un pylône à haute tension au milieu du terrain. Il a été répondu par le futur ministre de la guerre « qu’un pylône, ça se déplace », ce qui fut fait (pour la modique somme de 125.000
euros). Aujourd’hui on a une belle prison (une de plus) dont les vide-sanitaires (et les câblages électriques) sont sous eau en hiver parce que le terrain, lui, n’a rien voulu entendre et est resté
marécageux. Un peu comme le monde politique quoi… Ou le monde capitaliste de la sidérurgie.. Là aussi c’est un grand marécage. Mais ce sont toujours les citoyens ou les travailleurs qui s’y
embourbent et les mêmes qui tirent leur épingle du jeu.