Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 19:04

« Que dire quand des travailleurs, qui ne font que revendiquer du boulot et défendre leur emploi, se font tirer comme des lapins ?

C’est inadmissible, honteux, révoltant…

La rage est là, la rage nous prend aux trippes en pensant à nos camarades blessés gravement.

Pour comprendre ce qui se passe, il faut avoir en mémoire ce que Marx disait il y a plus de 150 ans :

“Le système capitaliste ne peut fonctionner que quand un État se met à son service !”

La police, et je ne la porte pas dans mon cœur, n’est jamais que le bras armé d’un État.

La police, c’est le bâton qui nous frappe.

Il est clair que le premier réflexe, quand je reçois un coup de bâton, c’est d’essayer de l’attraper et de le casser… Mais au bout du compte, qui est responsable ?

Le bâton ou la main qui le tient ?

La main, bien sûr !

Encore une fois, je pense qu’il est bon d’éclaircir un peu le contexte dans lequel nous sommes : le capitalisme (Mittal) ne peut faire ce qu’il fait que parce qu’un État le protège et lui donne toute la liberté pour détruire, fermer, licencier, ravager des vies et une région entière.

Si l’État et nos Ministres défendaient nos intérêts, notre bien-être, notre avenir et celui de nos gamins, il y a longtemps que des lois nous protégeraient contre le système capitaliste…

Celui qui ne comprend pas que s’attaquer à Mittal, c’est aussi s’attaquer à l’État qui le protège, ne comprend pas grand-chose. Et celui-là sera surpris de voir la police nous matraquer et nous recevoir comme des chiens.

Il y a une logique derrière tout ça.

Alors oui, la rage nous devons l’avoir, oui nous devons nous révolter, oui nous devons nous battre…mais pour le faire bien, il faut que tous nous ayons une bonne idée et une bonne compréhension des adversaires que nous avons en face de nous.

Ce n’est pas seulement Mittal mais bien un système et ceux qui permettent que ce système fonctionne que nous affrontons et dénonçons dans nos manifestations.

Pour terminer, je dirais qu’il faut se souvenir que le monde ouvrier a toujours dû arracher des conditions de vie meilleures. On ne lui a jamais rien donné, il a dû tout prendre.

C’était vrai hier avec nos anciens, c’est vrai aujourd’hui pour nous et tant que nous vivrons dans ce système économique impitoyable, ce sera vrai pour nos gosses…»

 EM96_siderurgie.png

 

Lettre de Frédéric Gillot, délégué MWB-FGTB à ArcelorMittal. Il commente les événements qui ont marqué la manifestation syndicale du 6 février à Strasbourg.

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires