Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 19:56

LogoPTB.jpg

 

On peut se demander pourquoi un parti communiste se présente à des élections dans une démocratie dévoyée. Pourquoi un parti dont l’unique but est de créer une société juste et vivable pour tous se mêle aux institutions qui prônent et défendent une société qui est son contraire.

 

A la différence des mouvements anarchistes qui veulent la destruction immédiate et totale de la société capitaliste, sans après, la plupart des communistes sont conscients qu’il faut préparer avant de détruire. Depuis près de deux siècles, ils préparent l’avant, c’est à dire la révolution, et l’après, c’est à dire la société communiste, ses mécanismes souhaitables, ses structures, son fonctionnement quotidien. Les essais, les tâtonnements, les erreurs ont été innombrables et le seront encore.

 

Mais pourquoi se présenter aux élections, ici et maintenant ?

Réponses simples.

 

D’abord parce qu’en période de campagne

électorale, le citoyen, temporairement plus sensible au grand méli-mélo du débat politique et à sa dramaturgie médiatique, est plus à l’écoute d’une voix discordante et constructive qui ne promet rien mais explique  et s’engage. La campagne électorale sert de caisse de résonnance aux voix que d’ordinaire les médias étouffent. 

 

Deuxièmement, parce que les élus d’un parti communiste tel que le PTB, quel que soit l’organe « représentatif » dans lequel ils siègent, font entendre une voix autre tout au long de la législature, donc beaucoup plus longtemps qu’en période électorale, et réussissent non seulement à démasquer et dénoncer les manigances des partis dominants mais parviennent à obtenir des mesures concrètes en faveur du plus grand nombre (telles que diminution de taxes, construction d’équipements collectifs, médecine gratuite, amélioration de l’enseignement, meilleur respect des droits fondamentaux, défense des services publics etc).

 

Enfin, imaginons que des élus communistes siègent dans un parlement national (assemblée nationale en France, parlement fédéral en Belgique). L’effet de leurs interventions, initiatives et dénonciations serait démultiplié. Ils pourraient faire barrière à des projets de loi tenus obscurs ou cachés, en présenter d’autres, être un grain de sable permanent dans les rouages

bien huilés de la médiacratie d’aujourd’hui. J’écris grain de sable et je pense pavé.

 

Tout cela ne se fait pas en un jour, bien sûr. La chute du Mur a rayé le communisme pour un temps dans les esprits travaillé au corps par les médias. C’en est arrivé au point que parler de capitalisme relevait du blasphème (j’ai été assez sanctionné en tant que journaliste pour le savoir).

 

Et puis après. Après ? Les communistes n’auront plus à courir après les masses pour leur dire qu’ils ne veulent que leur bien. Ce sont les masses qui entraîneront les communistes. Qui ont des choses utiles dont ces masses peuvent disposer : l’organisation, l’expérience (dont les énormes erreurs commises), l’analyse et la myriade d’objectifs à atteindre pour assurer un jour quelque chose comme le bonheur de tous.

 

Ceci n’est pas un langage marxiste. C’est le mien.

 

Gérard DE SELYS

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires

Antoine SOJIC 18/10/2012 13:03

Vous parlez d'"erreurs" du Communisme. Effectivement, il y en a eu. La véritable question est de savoir si ce parti à su tirer les leçons de ces erreurs.

j'ai vu une affiche du PTB avec un programme, dont l'un des points était d'exiger que les entreprises pharmaceutiques reversent 50% de leur chiffre d'affaire pour la recherche.

Supposons que le PTB accède au pouvoir et parvienne à imposer cette mesure. Le risque n'est-il pas que ces entreprises décident de partir afin de ne pas à avoir à payer de telles sommes ? Et quelle
sera la réaction du PTB? Interdire aux entreprises de partir? Et ensuite?

Est-ce que voter pour un parti Communiste, donc extrémiste ne serait-il pas aussi dangereux que de voter pour un parti d'extrême-droite? Quelles nuances le PTB à-t-il par rapport à
l'Extrême-Gauche?

Michèle Pambrun 18/10/2012 00:26

Et c'est bien agréable de lire une parole aussi claire et qui sonne et résonne (raisonne) vrai.

Une parole dont je porte en moi l'écho.