Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

10 juillet 2011 7 10 /07 /juillet /2011 22:13

Ma compagne Kati GorjànTinaModotti1.jpg, artiste et amoureuse des arts, s’est fait chasser de Facabook pour avoir publié une photo de Tina Modotti, nue, prise par Edward Weston, un des plus grands photographes américains. Après l’éviction de Facebook d’un audacieux ayant osé  publier « L’origine du monde » de Gustave Courbet, on peut légitimement se demander quels sont les critères de Facebook en matière artistique. On peut comprendre que le système Facebook n’ait pas envie de protéger les pédophiles violeurs et autres psychopathes dangereux mais on peut se demander de quel droit Facebook prive ses usagers d’ accès à la culture. De quel droit, Facebook, devenue une des entreprises les plus rentables d’aujourd’hui, ne s’équipe pas de « filtres » constitués de personnes cultivées et expertes en arts. De quel droit Facebook tout en se ridiculisant, s’aligne sur les plus populistes, voire fascistes, des démagogues pour couper, rejeter et interdire l’accès à l’art. A moins que ce ne soit autre chose ? Tina Modotti était une photographe communiste et Gustave Courbet un chaud partisan de la Commune de Paris.

Je mets en illustration un photographie composée par Tina Modotti. La photographie de Tina Modotti nue n’apparaît que sur mon blog.

Gérard DE SELYS

 

Edward WESTON (1886-1958) est un photographe américain, co-fondateur du groupe f/64, avec notamment Ansel ADAMS. f/64 se rapporte à la plus petite ouverture du diaphragme d'un appareil-photo de grand format, elle donne la profondeur de champ maximum, rendant la photographie très nette du premier plan au dernier plan. Cela correspond à la théorie de la « photographie pure » que le groupe a adoptée.

En 1902, à l'âge de 16 ans, il reçoit son premier appareil photo et connaît rapidement un certain succès dans la région de Chicago où il réside. Il part alors s’installer comme photographe professionnel en Californie, à l’âge de 20 ans.

Entre 1906 et 1920, la Edward WESTON se marie avec Flora May, fonde une famille (quatre fils dont Brett et Cole) et ouvre son premier studio. Il connaît un réel succès dans le style de l'époque (le "pictorialisme"), et cinq de ses photos sont par exemple sélectionnées en 1914 pour le salon international de Londres.

Une certaine lassitude s'installe de cette vie bourgeoise et conventionnelle. La période 1920-1923 marquera un tournant dans la vie d’Edward WESTON, tant professionnelle que personnelle. Il commence tout d’abord par orienter son travail vers des motifs plus abstraits, puis, à l’occasion de photographies des aciéries Armco dans l’Ohio en 1922, choisit un style très « net » qui ne le quittera plus.

Lors de cette même année, il fait la connaissance des photographes Alfred Stieglitz, Charles Sheeler et Paul Strand à New York, rencontre qui le conforte dans cette direction.

En 1923, il quitte également sa famille pour s’installer au Mexique avec la photographe italienne Tina Modotti. Ils y font la connaissance d’intellectuels et artistes mexicain comme Frida Kahlo et Diego Rivera qu'Edward Weston photographia. À côté du portrait, Weston se spécialisa dans le nu et la nature morte.

En 1927, après sa rupture avec Tina Modotti, Weston s'installe à Carmel sur la côte pacifique de la Californie. Il vit et travaille dans une maison en bois, prend des clichés de la côte rocheuse, de coquillages et de légumes (poivron n°30 en 1930 est l'une des plus célèbres).

Après quelques expositions de ses travaux à New York, il cofonde alors le groupe f/64 en 1932 avec Ansel Adams, Willard Van Dyke, Imogen Cunningham et d'autres. Selon le manifeste du groupe, « les membres du groupe f/64 croient que la photographie, comme forme d'art, doit se développer le long de lignes définies par les réalités et les limites du médium photographique, et doivent rester indépendante des conventions idéologiques de l'art et de l'esthétique d'une période et d'une culture antérieurs à la croissance du médium lui-même. »

En 1936, il réalise une série de nus et de photographies de dunes à Oceano, Californie. Ces images sont souvent considérées comme le sommet de son art.

A partir de 1937, Edward Weston voit son travail reconnu plus largement. Grâce à une bourse du Guggenheim, il parcourt l’ouest américain avec sa seconde épouse (Charis Wilson), il bénéficie aussi de plusieurs contrats d’exclusivité et édite des livres. En 1946 une importante rétrospective lui est consacrée au MOMA, avec 300 œuvres exposées.

Frappé de la maladie de Parkinson, Weston a fait à ses dernières photographies à la Réserve d'État de Point Lobos en 1948. L'année 1952 voit la publication d'une brochure pour le 50e anniversaire de son travail, imprimée par son fils Brett. En 1955-1956, il désigna Brett et Cole Weston, et la dernière épouse de Brett, Dody Le Center for Creative Photography de l'Université d'Arizona à Tucson conserve les archives du travail d'Edward Weston, c'est-à-dire plusieurs milliers de négatifs et des centaines de tirages.

Weston est généralement reconnu comme l'un des plus grands artistes photographiques du XXe siècle.

Pour en savoir plus :

Site officiel : http://www.edward-weston.com/index.htm

Photophiles magazine : http://www.photophiles.com/index.php/les-articles-archives/biographies/39-edward-weston.html

Wikipedia FR : http://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Weston

Wikipedia US : http://en.wikipedia.org/wiki/Edward_Weston

Un texte de Weston à propos de son art : http://www.masters-of-photography.com/W/weston/weston_articles3.html

Warren, pour tirer sous sa surveillance les 800 négatifs qu'il considérait comme les plus importants.

Edouard Weston est mort dans sa maison de Wildcat Hill à Carmel-by-the-Sea, Californie, le 1er janvier 1958, à l'âge de 71 ans. Ses cendres ont été dispersées à Point Lobos.

 

 

MODOTTI TINA (1896-1942) (source : Encyclopédia universalis : http://www.universalis.fr/encyclopedie/tina-modotti/2-un-engagement-politique/)

ains d'un montreur de marionnettes, T. Modotti

Photographe mexicaine d'origine italienne, Tina Modotti traverse brièvement l'histoire de la photographie, en constituant, de 1923 à 1930, une œuvre inspirée par sa passion pour le Mexique. La situation postrévolutionnaire du pays, sa pauvreté agissent comme un révélateur sur cette militante qui fait de l'art et de la politique mêlés la pierre de touche de sa créativité. Ces sept années sont aussi un répit miraculeux dans la fuite en avant que fut la vie de Modotti. La légende créée autour de ce personnage tumultueux tend à reléguer l'étude de son art au second plan. Lors d'une vente aux enchères à New York, en 1991, le prix record de 165 000 dollars atteint par une de ses natures mortes, Roses (1925), aurait été davantage redevable à l'aura de son auteur qu'à son talent. Pourtant son œuvre n'est modeste que par le nombre – deux cent cinquante photographies.

  Un engagement politique

Le départ de Weston, en 1925, l'immerge encore davantage dans les réalités du pays. Dans ses portraits d'enfants des rues, de paysans ou de sa servante Elisa, frontaux et émouvants, se lit sa compassion pour un peuple en souffrance. Sa fascination aussi. Ses photographies de figures de la vie quotidienne expriment sa sensibilité aux problèmes sociaux du Mexique des années 1920 : la pauvreté, la misère, les travaux pénibles. En 1926, Tina Modotti adhère au Parti communiste. La cause révolutionnaire qu'elle sert dorénavant doit nourrir son art – à moins que l'art ne doive, à son tour, nourrir la révolution. Jouant avec les formes de la propagande, Modotti compose ses images comme autant d'allégories – Cartouchière, maïs et faucille, Mains appuyées sur un outil (1927) ou Femme avec drapeau (1928) –, qui expriment les tréfonds de l'âme mexicaine. En 1929, parvenue à la maturité de son art, elle réalise un dernier reportage sur la beauté quotidienne et radieuse des Femmes de Tehuantepec et réalise une exposition, organisée par D. A. Siqueiros, à l'Université nationale autonome de Mexico.

La liberté d'une femme a un revers dévastateur en ce début de xx

 

Tina Modotti (souce : Wikipédia)

Assunta Adelaide Luigia Modotti Mondini1 dite Tina2 Modotti, née le 17 août 18961 à Udine3, région du Frioul-Vénétie julienne, Italie et morte le 6 janvier 1942445 ans) à Mexico4, est un mannequin, une actrice, une photographe et une militante révolutionnaire.

 

  •  

 

Biographie

Jusqu’en 1908, Tina Modotti vit entre l’Autriche et l’Italie, avant de s’installer à Udine et d’entrer dans une usine de textile. Elle y reste jusqu’en 1913, et part ensuite rejoindre son père à San Francisco pour travailler dans une manufacture de soie avant de devenir couturière indépendante.

En 1917, elle épouse le peintre et poète américain Roubaix de L'Abrie Richey, qui meurt en 1922.

Elle travaille pour les studios cinématographiques d'Hollywood et devient actrice vers 1920. On la voit dans Tiger Lady.

En 1921, elle étudie la photo avec Edward Weston à Los Angeles et ouvre avec lui, de 1923 à 1930, un studio à Mexico, où elle se lia d’amitié avec Diego Rivera et Frida Kahlo.

En 1924, elle réalise sa première exposition avec Weston. De 1927 à 1930, elle collabore à la rédaction de plusieurs magazines. Ayant rejoint le parti communiste en 1927, elle fut expulsée du Mexique 3 ans plus tard et s'établit à Berlin, où elle continua son travail de photographe tout en poursuivant son activité politique.

De 1931 à 1934, elle vit à Moscou, où elle suspend son activité de photographe.

De 1935 à 1938, après un passage par la France, elle s’installe en Espagne et travaille comme reporter, tout en continuant ses activités politiques.

En 1939, elle repart au Mexique et meurt le 6 janvier 1942 à Mexico.

Filmographie

Pendant cette période, les actrices étaient censées apporter leurs propre costumes, c'est ainsi que pour ces films, Tina, couturière douée, conçut ses vêtements : "garish plaid travel ensemble, satin cloak, bejeweled brassiere, feathered beret, harem pants, tie-dyed shawl and batiked gown."

Collections

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue !

Livres de Tina Modotti

  • Tina Modotti, Lettres à Edward Weston 1922–1931, titre original Vita, arte e rivoluzione Lettere a Edward Weston 1922–1931, édition de Valentina Agostinis, traduit de l'anglais par Béatrice Vierne, Anatolia éditions, Paris, 1995 (ISBN 2-909848-20-5)

Livres sur Tina Modotti

  • Margaret Hooks, Tina Modotti Amour, art et révolution, titre original Tina Modotti, Photographer and Revolutionary, traduit de l'anglais par Béatrice Vierne, Anatolia éditions, Paris, 1995 (ISBN 2-909848-19-1)

Bande dessinée[modifier]

  • L'impertinence d'un été, deux albums parus en 2009 et 2010. Scénario de Denis Lapière, dessin de Ruben Pellejero, éditions Dupuis, label Aire libre. Les albums couvrent principalement la période 1923 à 1930 d'Edward Weston au Mexique et sa relation amoureuse avec Tina Modotti.
  • Tina Modotti, roman graphique paru en juin 2011. Une biographie de Tina par Angel de la Calle, publiée en co-édition par Vertige Graphic et la librairie Envie de Lire.

Autres

  • Trois chansons ont été écrites sur Tina Modotti. Une dans sa langue natale, le frioulan, intitulée Tine5 et écrite par Jean-Marie Sommarti, une autre, en italien, écrite par Maxime Bubola et la troisième, Recap Modotti par le groupe américain Fugazi sur l'album End Hits sorti en 1998.
  • Une plaque commémorative, via Pracchiuso à Udine, rappelle au passant que Tina Modotti naquit dans cette maison. Sur cette plaque est gravée une citation du poète chilien Pablo Neruda célébrant la mémoire et l'engagement de son amie.
  • Le guitariste américain Nels Cline lui rend hommage dans son morceau Exiled (for Tina Modotti) présent sur l'album Silencer sorti en 1992.

Notes et références

1.    a et b Margaret Hooks, Tina Modotti Amour, art et révolution, titre original Tina Modotti, Photographer and Revolutionary, traduit de l'anglais par Béatrice Vierne, Anatolia éditions, Paris, 1995 (ISBN 2-909848-19-1), p. 21.

2.   

« Troisième enfant et deuxième fille d'Assunta Mondini et de Giuseppe Saltarini Modotti, la petite fille est très vite appelée « Assuntina », pour la distinguer de sa mère, diminutif qui ne tarde pas à se contracter en « Tina », le nom qu'elle portera toute sa vie. »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires

Michèle 11/07/2011 23:53


Je découvre aussi le blog de Kati Gorjàn. Son travail. Votre travail commun d'ateliers d'écriture. A la manière qui me plaît, à partir de l'infra-ordinaire...:)
Je vais essayer de trouver "L'Apoptose".