Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 15:21

C’est un département secret, enfoui au cœur d’un bâtiment de la Commission européenne. Nul ne peut y entrer avant huit heures du matin et s’y trouver aprècameradesurveillances huit heures du soir, même son directeur qui doit, comme tous ses subordonnés, scanner sa pupille et une empreinte digitale pour y avoir accès. C’est la cellule Schengen, le centre de commandement de la forteresse Europe. Cette cellule vient de décider d’affréter un Airbus pour renvoyer chez eux soixante Congolais indésirables (ou « Inads » comme inadmissibles selon le langage policier) en Europe. Si cette cellule est mieux gardée que le bureau du président de la Commission européenne lui-même, blindée comme un quartier général militaire, c’est que l’Europe est en guerre. En guerre totale contre un envahisseur d’autant plus dangereux qu’il est désarmé et, en général, démuni. Il n’y a pas si longtemps, certains en déportaient d’autres dans des wagons à bestiaux. Maintenant c’est dans des avions à bestiaux.

 

Il n’y a pas si longtemps, en 1959, le gouvernement américain envoyait des « conseillers militaires » à son ami le dictateur vietnamien Diem pour l’aider à faire face à des « rebelles » qui contestaient son pouvoir. Aujourd’hui, les gouvernements britannique, français et italien soutenus pas celui de Washington envoient des « instructeurs militaires » en Libye. La guerre américaine au Vietnam a pris fin seize ans plus tard après avoir tué six millions de Vietnamiens et soixante mille soldats américains (si l’on ne tient pas compte des cent mille « vétérans » qui se sont suicidés une fois revenus chez eux).

 

Il n’y a pas si longtemps, en 1984, rien n’échappait à Big Brother. Aujourd’hui, on installe des caméras « intelligentes » capables de distinguer la « mauvaise conduite » d’un promeneur dans les rues de nos villes. Comme tout ce dont je viens de vous parler m’a rendu un peu nerveux, je suis sorti me promener. Si vous le voulez, vous pouvez venir m’apporter des oranges, je suis à la prison de Namur.

 

Gérard DE SELYS

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires