Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 19:45

Très loin, à l’autre bout du monde, Little boy, une bombe d’un nouveau type, recouverte de graffitis d'injures à l’égard des « faces de citron », est armée en vol dans le ventre de l’Enola Bay, un bombardier américain, et larguée à huit heures quinze, heure locale, à neuf mille mètres au-dessus d’une ville japonaise importante. La météo est bonne, le ciel clair. À huit heures seize minutes et deux secondes, après quarante-trois secondes de chute libre, la bombe explose à six cents mètres du sol, à la verticale exacte de l'hôpital central. L'explosion, équivalant à quinze mille tonnes de dynamite, rase instantanément la ville. Septante cinq mille personnes sont tuées sur le coup, évaporées. Dans les semaines qui suivent, plus de cinquante mille blessés vont mourir. Des écoles entières. Le nombre total de morts sera d’un quart de million. Il ne reste aucune trace des habitants situés à moins de cinq cent mètres du lieu de l'explosion, sinon, parfois, leur ombre imprimée sur le sol calciné.

Le gouvernement des Etats-Unis provoquait ainsi la reddition d’un Etat déjà prêt à capituler. Et pensait faire très peur à l’Union soviétique exsangue que certains hauts gradés et politiciens Hiroshima2.jpgaméricains voulaient alors envahir pour terminer le travail salopé par le IIIe Reich.

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires