Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Gérard de Sélys
  • Le blog de Gérard de Sélys
  • : Gérard de Sélys, Réflexions, analyses et délires sur l'actualité et les médias.
  • Contact

Recherche

Liens

29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 15:55

300px-India_Naxal_affected_districts_map.svg.png

La révolution impossible de nos jours ? Que non. Les communistes indiens, dont le mouvement naxaliste, contrôlent un tiers du territoire indien.

Dans les régions qu’ils administrent, ils redistribuent les terres et organisent un enseignement et un système de soins gratuits. L’armée indienne n’ose plus y pénétrer. Le mouvement naxaliste dispose d’une armée populaire composée pour moitié de femmes.

On n’en parle pas chez nous parce que cela pourrait donner espoir et de « mauvaises » idées à certains.

Le naxalisme est le nom donné à un mouvement composé de plusieurs groupes révolutionnaires en activité dans quinze États de l'Inde (cf. carte, le dernier recensement officiel parle de 195 districts concernés). Les naxalistes cherchent à organiser les paysans pour provoquer une réforme agraire par des moyens radicaux. Le terme « Naxal » dérive de Naxalbari (en), un village situé dans le District de Darjeeling, au nord du Bengale-Occidental d'où le mouvement est issu.

Le mouvement naxaliste est initié le 3 mars 1967 par un groupe de révolutionnaires communistes réunis autour de Charu Mazumdar (en). Ce jour-là, dans le village de Naxalbari, dans l'État du Bengale Occidental, près de la frontière népalaise, un groupe de 150 sympathisants du Communist Party of India (Marxist) (CPI (M) - Parti communiste d'Inde (marxiste)) attaquent les réserves de riz d'un propriétaire terrien. Commence à se développer ainsi ce qu'ils appellent une opposition révolutionnaire afin de mettre en place un gouvernement révolutionnaire en Inde. Mazumdar et ses partisans sont de grands admirateurs de Mao Zedong et préconisent que les paysans indiens et les classes inférieures suivent ses traces et renversent le gouvernement et les classes supérieures qu'ils jugent responsables de leur situation difficile. Ce fut le début de longues années de conflits entre pauvres et riches, basses castes et hautes castes, peuple et autorité.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by gerardselys
commenter cet article

commentaires

Michel P. VAN ROLLEGHEM 05/02/2013 03:42

http://www.11.be/11/111111-english/artikel/detail/detail/cynical_exploitation_of_tsunami_victims_tamil_nadu,102129

http://www.survivalfrance.org/peuples/jarawa

Michèle Pambrun 02/11/2012 09:08

On n'en parle pas chez nous en Europe, non. Comme vous le dites, cela pourrait donner de mauvaises idées.
Merci de votre vigilance et de votre constance à dire, contre toute doxa.